Méthode : initiation à la composition

vendredi 5 août 2016
par  Julien Daget
popularité : 18%

Ne paniquez pas !

Vous avez jusqu’au bac pour maîtriser cet exercice.


La composition, alias dissertation, argumentation, art de convaincre... (niveau exigible en seconde)

Le candidat traite un sujet parmi deux qui sont proposés à son choix dans la même discipline.
En histoire comme en géographie, il doit montrer qu’il sait analyser le sujet et qu’il maîtrise les connaissances nécessaires. Pour traiter le sujet choisi, il produit une réponse organisée et pertinente, comportant une introduction, plusieurs paragraphes et une conclusion.
Il peut y intégrer une (ou des) production(s) graphique(s).
La formulation du sujet peut prendre des formes diverses : reprise partielle ou totale d’un intitulé du programme, question ou affirmation ; il peut être bref ou plus détaillé ; la problématique peut être explicite ou non.

« L’épreuve du bac d’histoire-géographie série S à compter de la session 2015 », note de service n° 2013-177 du 13 novembre 2013, publiée au BOÉN n° 43 du 21 novembre 2013. → http://www.education.gouv.fr/pid25535/bulletin_officiel.html?cid_bo=74955

La composition n’est pas un exercice de récitation : vous devez prouvez que vous savez organiser vos connaissances en une réponse structurée et logique.

Analyser le sujet
Le principal danger est le hors-sujet, il ne faut donc pas rédiger de suite, mais analyser le sujet. Quels sont les mots les plus importants (notions ou mots de liaison) ? Définissez les notions. Quelles sont les limites chronologiques (quand) et spatiales (où) ? Parfois il faut justifier ces choix. Quelle est la problématique (question(-s) du sujet, ouvrant un débat) ?

Faire un plan détaillé
Pour un sujet, il y a souvent plusieurs plans possibles, comprenant chacun deux ou trois parties équilibrées. Chaque partie correspond à une grande idée, divisée en deux ou trois sous-parties qui correspondent chacune à des couples argument et exemple(-s).
En histoire, les plans sont souvent soit chronologiques (dans lequel les sous-parties peuvent être thématiques), soit thématiques (dans lequel les sous-parties peuvent être chronologiques). En géographie on peut faire des plans multi-scalaires (plusieurs échelles) ou thématiques.

Préparer l’introduction
C’est la première chose que lit le prof... À soigner au brouillon, avec trois éléments obligatoires :
• une présentation du sujet, situant spatialement et chronologiquement (qu’il faut justifier), parfois commencée par une courte histoire ou une citation pertinente (qu’il faut expliquer) ;
• l’énoncé de la problématique ;
• l’annonce du plan.

Préparer la conclusion
Le bouquet final du feu d’artifice, à préparer aussi au brouillon, avec deux éléments :
• un bilan-synthèse de l’argumentation, donnant une réponse à la problématique ;
• une ouverture, mettant en perspective le sujet (dans le temps ou dans l’espace).

Rédiger l’argumentation
Suivez votre plan détaillé :
• la structure doit être visible, donc sautez des lignes entre les parties, sautez une ligne pour chaque sous-partie et allez à la ligne (avec un retrait) pour chaque argument ;
• introduisez chaque partie et chaque sous-partie par la présentation du thème (pas de titre), terminez chacun par une phrase de transition annonçant la suivante ;
• soyez précis, chaque argument doit être accompagné par son exemple (fait, date, nom, localisation...) ;
• l’histoire s’écrit au présent ou parfois au passé, jamais au futur ;
• évitez de donner votre point de vue (première personne du singulier à proscrire : de la modestie !), soyez le plus objectif possible, relativisez, soyez critique.


Liens utiles :
Méthode : le croquis ;
Méthode : l’analyse de doc(s) ;
Méthode : l’étude critique ;
• article Composition (argumentation), sur Wikipédia ;
Fiche de méthode plus développée sur Wikiversité.


Documents joints

méthode de la composition, niveau perfectionnement
méthode de la composition, niveau débutant

Commentaires

Navigation