Corrigé : Ferry vs Clemenceau

dimanche 5 mai 2019
par  Julien Daget
popularité : 1%

Proposition de correction

Introduction
Présentation des documents :

  • nature : extraits de deux discours parlementaires, donnés devant la Chambre des députés.
  • Auteur n° 1 : Jules Ferry, ancien ministre et proche du gouvernement (c’est le chef des républicains modérés).
  • Auteur n° 2 : Georges Clemenceau, parlementaire de l’opposition (c’est un des républicains les plus radicaux).
  • Contexte : la fin du XIXe siècle est une période de conquêtes coloniales ; en 1885, l’intervention française à Madagascar nécessite une rallonge budgétaire, ce qui donne lieu à un débat à la Chambre.
  • Problématique : quels sont les arguments employés pour justifier ou critiquer la colonisation ?
  • Annonce du plan : d’abord les arguments coloniaux de Ferry, ensuite ceux anti-coloniaux de Clemenceau.

Arguments en faveur de la colonisation
Besoin économique : ouverture de nouveaux débouchés, réservés grâce à l’exclusif colonial.
Mission civilisatrice : les Français ont le rôle de tuteurs auprès des populations colonisées.
But patriotique : empêcher les Allemands de se tailler un empire colonial (rancune tenace due à la guerre de 1870).
Aspects militaires : la marine de guerre a besoin de ports servant de dépôts de charbon, tel que Bizerte (en Tunisie), Dakar (au Sénégal), Djibouti, Diego Suarez (à Madagascar) ou Saïgon (en Cochinchine).

Arguments contre la colonisation
Coût prohibitif : les colonies coûtent cher (il s’agit à l’origine d’un débat budgétaire, qui dérive vers un procès de la colonisation).
C’est les Allemands qui utilisent la notion de « race supérieure » : quiconque l’utilise leur est assimilé (la référence aux Allemands haïs est comme l’équivalent de l’actuel point Godwin).
La ligne bleue des Vosges : la priorité est la reconquête de l’Alsace-Moselle, ou du moins la fortification de la nouvelle frontière avec l’Allemagne.

Conclusion
Apport des documents : ce débat fournit les principaux arguments pour ou contre la colonisation, employés au moment de la conquête. Il s’agit d’un classique, presque patrimonial.
Critiques : on a souvent utiliser ces deux discours pour présenter un Ferry raciste et un Clemenceau anti-coloniale ; il s’agit d’un débat parlementaire, Ferry cherche des arguments pour soutenir le gouvernement, tandis que Clemenceau prend les arguments contraires. Ce n’est pas vraiment le procès de la colonisation (qui commence à peine), mais plutôt du gouvernement ; Clemenceau s’en prend à Ferry, pas vraiment à l’idée colonial. Enfin, on lis ces textes avec notre regard du XXIe siècle ; le racisme était quasi-généralisé à l’époque.
Pour la petite histoire, Ferry fut blessé par balle quelques mois plus tard lors d’une tentative d’assassinat par un partisan de Clemenceau.


Commentaires