Conseils aux voyageurs

recommandations du ministère des Affaires étrangères
jeudi 13 juillet 2017
par  Julien Daget
popularité : 0%

Pour compléter l’introduction du chapitre consacré au « Proche et Moyen-Orient, foyer de confits », voici des extraits des Conseils aux voyageurs donnés par le ministère français des Affaires étrangères concernant quelques pays de la zone, consultés en octobre 2016.
Les titres correspondent au principal conseil pour chaque pays.
Source : http://www.diplomatie.gouv.fr/fr/conseils-aux-voyageurs/conseils-par-pays/


Arabie saoudite : recrudescence d’attentats

Dans le contexte général de menaces terroristes, notamment dans la péninsule arabique, chacun doit respecter avec rigueur et sens des responsabilités les mesures de protection préconisées dans cette rubrique.

Si aucune nouvelle attaque n’a eu lieu depuis celle du 26 février 2007 contre un groupe de ressortissants français, les forces de sécurité saoudiennes continuent de procéder régulièrement à des arrestations et à la saisie d’armes et de munitions qui témoignent de la permanence du risque terroriste. Dans ce contexte, des incidents sérieux ne peuvent être exclus. Les Occidentaux, y compris les Français, doivent donc être particulièrement prudents car ils sont une cible désignée des groupes terroristes.

Trois incidents sérieux ont eu lieu le 4 juillet en Arabie saoudite : une tentative à Djeddah et deux attentats à Qatif (province de l’Est) et à Médine.
Courant août, des tirs de roquettes ont touché la ville de Najran (sud), causant plusieurs décès et blessant de nombreux civils. Les vols commerciaux vers Najran sont actuellement suspendus.
Le 23 août, une tentative d’attentat contre une mosquée à Qatif (province de l’Est) a été déjouée.
Le 24 août, le ministère de l’Intérieur saoudien a annoncé avoir déjoué un attentat prévu début août dans la ville de Dammam (province de l’Est). Les terroristes auraient été recrutés par Daech.
Les 26 et 27 août, une tentative d’infiltration terrestre a été déjouée par l’armée saoudienne dans la région de Jizan et de nouveaux tirs de roquette ont été constatés sur Najran (destruction d’un transformateur électrique, un enfant tué, 4 blessés).


Irak : risque d’enlèvements

Le risque d’enlèvements d’étrangers étant avéré, il est fortement recommandé aux ressortissants français de prendre toutes les mesures de prudence et de sécurité nécessaires lors de tout déplacement à travers le pays.

Les autorités irakiennes ont commencé à prendre des mesures afin de pouvoir consolider la structure du barrage. Des études font état de risques de rupture du barrage sans pouvoir apporter de précisions sur cette éventualité en termes d’échéance. Une rupture de cet ouvrage pourrait causer d’importantes inondations et destructions à l’aval du barrage entre Mossoul et Bagdad.


Israël : vigilance renforcée

Israël constitue une destination touristique importante. Toutefois, depuis le mois d’octobre 2015, des attentats à l’arme blanche et à l’arme à feu ont lieu dans plusieurs villes d’Israël. Le dernier attentat majeur en Israël a eu lieu à Tel-Aviv le 8 juin 2016, dans le quartier de Sarona. Les voyageurs sont ainsi invités à faire preuve de prudence dans les lieux publics. Il est recommandé d’éviter d’emprunter les autobus dans l’ensemble du pays.

Certaines régions sont déconseillées sauf raison impérative aux voyageurs, notamment les zones frontalières avec la bande de Gaza, le Liban, la Syrie et l’Égypte.

En période de conflit, des tirs de roquettes et/ou de missiles peuvent atteindre l’ensemble du territoire israélien.


Cisjordanie : déconseillée

De nombreux lieux en Cisjordanie sont sujets à des tensions régulières et à des heurts fréquents entre la population et les forces de sécurité israéliennes. Ceux-ci sont particulièrement récurrents dans le nord de la Cisjordanie. La ville d’Hébron est régulièrement le théâtre d’incidents. Des heurts circonscrits mais récurrents sont également à signaler à proximité des checkpoints et des camps de réfugiés, notamment devant le palace Jacir à Bethléem.

Ainsi, il convient d’être particulièrement prudent lors des déplacements en Cisjordanie, notamment à proximité des camps de réfugiés, dans les lieux où populations palestiniennes et colonies sont imbriquées, ainsi que dans les lieux où les violences de colons sont particulièrement fortes, comme dans le sud de Naplouse et aux alentours des avant-postes israéliens. Dans ces secteurs, les déplacements doivent être limités à ceux qui revêtent un motif impératif (familial, professionnel, coopération).

Les déplacements dans la Bande de Gaza (ainsi que dans la péninsule du Sinaï) sont formellement déconseillés, même aux personnes ayant sur place des attaches familiales et quel que soit le point d’entrée utilisé (terminal d’Erez avec Israël ou terminal de Rafah avec l’Egypte).


Libye : à quitter d’urgence

En raison de la dégradation de la situation sécuritaire et du développement de la menace terroriste, il est demandé aux ressortissants français en Libye de quitter le pays d’urgence. Il est, en outre, formellement déconseillé aux ressortissants français de s’y rendre.

Depuis le 30 juillet 2014, les locaux de notre Ambassade à Tripoli sont fermés. Les intérêts français ne sont plus représentés en Libye depuis la fermeture de l’Ambassade d’Italie à Tripoli, en février 2015. Pour les questions consulaires, les Français restés en Libye sont invités à contacter le Consulat général de France à Tunis.

Le terrorisme, les combats disséminés dans le pays, l’insuffisant déploiement des forces de sécurité gouvernementales, la prolifération des armes et la présence de différents groupes armés imposent la plus grande prudence et une vigilance permanente, notamment lors des déplacements, lesquels sont formellement déconseillés. Ce contexte favorise par ailleurs le développement de la délinquance et de la criminalité de droit commun (braquages, « carjackings »…).

Les risques d’enlèvement dans ce pays sont bien réels, comme a pu le montrer l’enlèvement à Tripoli de l’Ambassadeur de Jordanie en Libye le 15 avril 2014.


Yémen : partir

En raison de la situation de guerre civile que connaît le pays, les ressortissants français résidents ou de passage sont invités à quitter le Yémen, dans les meilleurs délais. L’enlèvement d’une ressortissante française le 24 février 2015 témoigne de la dégradation de la situation sécuritaire. L’Ambassade de France à Sanaa est actuellement fermée.

De nombreux membres d’Al Qaïda dans la Péninsule Arabique (AQPA) sont implantés au Yémen, en particulier dans sa partie sud et est (région de l’Hadramaout). L’organisation dit cibler particulièrement les Français et recourt régulièrement à l’assassinat ou à l’enlèvement.

Le golfe d’Aden est régulièrement le théâtre d’actes de piraterie maritime à l’encontre de bateaux de commerce et de plaisance. Ces attaques, qui se soldent souvent par des prises d’otages, sont de plus en plus violentes. Il convient d’éviter impérativement la zone de l’Océan indien délimitée par le canal du Mozambique et des Seychelles au sud, Oman au nord et les Maldives à l’est.


Syrie : quitter le pays immédiatement

L’ambassade de France en Syrie est fermée depuis le 6 mars 2012. Pour les urgences consulaires, les Français restés en Syrie peuvent s’adresser au Consulat général de France à Beyrouth.

Les violences s’intensifient dans tout le pays. La militarisation du conflit accroît les risques à l’encontre de la population civile.

Compte tenu de l’aggravation de la situation sécuritaire en Syrie, y compris à Damas et Alep, il est désormais fortement conseillé de renoncer à tout projet de déplacement dans ce pays. Il est par ailleurs instamment recommandé aux Français encore présents sur place de quitter la Syrie par les moyens de transports commerciaux disponibles.


Commentaires

Brèves

11 octobre 2016 - Corrigé

Analyse du discours de Marshall.