Doc. : Manchester au XIXe siècle

lundi 22 août 2016
par  Julien Daget
popularité : 18%

Consigne : à travers l’étude de ce document, montrez comment sont présentés les avantages et défauts de l’industrialisation à travers l’exemple de Manchester.

Manchester, 2 juillet 1835. Caractère particulier de Manchester : la grande ville manufacturière des tissus, fils, coton, comme Birmingham l’est des ouvrages de fer, de cuivre et d’acier. Circonstance favorable : à dix lieues [1] du plus grand port de l’Angleterre, lequel est le port de l’Europe le mieux placé pour recevoir sûrement et en peu de temps les matières premières d’Amérique. À côté, les plus grandes mines de charbon de terre pour faire marcher à bas prix ses machines. À 25 lieues, l’endroit du monde où on fabrique le mieux ces machines [2]. Trois canaux et un chemin de fer pour transporter rapidement dans toute l’Angleterre et sur tous les points du globe ses produits.

À la tête des manufactures, la science, l’industrie, l’amour du gain, le capital anglais. Parmi les ouvriers, des hommes qui arrivent d’un pays où les besoins de l’homme se réduisent presque à ceux du sauvage [3], et qui travaillent à très bas prix ; qui, le pouvant, forcent les ouvriers anglais qui veulent établir une concurrence, à faire à peu près comme eux. […] Comment s’étonner que Manchester qui a déjà 300 000 âmes s’accroisse sans cesse avec une rapidité prodigieuse ? […]

Trente ou quarante manufactures s’élèvent au sommet des collines que je viens de décrire. Leurs six étages montent dans les airs, leur immense enceinte annonce au loin la centralisation de l’industrie. Autour d’elles ont été semées comme au gré des volontés les chétives demeures du pauvre. […] Les rues qui attachent les uns aux autres les membres encore mal joints de la grande cité présentent, comme tout le reste, l’image d’une œuvre hâtive et encore incomplète ; effort passager d’une population ardente au gain, qui cherche à amasser de l’or […] Quelques-unes de ces rues sont pavées, mais le plus grand nombre présente un terrain inégal et fangeux, dans lequel s’enfonce le pied du passant ou le char du voyageur. Des tas d’ordures, des débris d’édifices, des flaques d’eau dormantes et croupies se montrent ça et là le long de la demeure des habitants ou sur la surface bosselée et trouée des places publiques. Nulle part n’a passé le niveau du géomètre et le cordeau de l’arpenteur. […]

Mais qui pourrait décrire l’intérieur de ces quartiers placés à l’écart, réceptacles du vice et de la misère, et qui enveloppent et serrent de leurs hideux replis les vastes palais de l’industrie ? Sur un terrain plus bas que le niveau du fleuve et dominé de toutes parts par d’immenses ateliers, s’étend un terrain marécageux, que des fosses fangeuses de loin en loin ne sauraient dessécher ni assainir. Là aboutissent de petites rues tortueuses et étroites, que bordent des maisons d’un seul étage, dont les carreaux brisés annoncent de loin comme le dernier asile que puisse occuper l’homme entre la misère et la mort. Cependant les êtres infortunés qui occupent ces réduits excitent encore l’envie de quelques-uns de leurs semblables. Au-dessous de leurs misérables demeures se trouve une rangée de caves à laquelle conduit un corridor demi-souterrain. Dans chacun de ces lieux humides et repoussants sont entassés pêle-mêle douze ou quinze créatures humaines. […]

Levez la tête, et tout autour de cette place, vous verrez s’élever les immenses palais de l’industrie. Vous entendrez le bruit des fourneaux, les sifflements de la vapeur. Ces vastes demeures empêchent l’air et la lumière de pénétrer dans les demeures humaines qu’elles dominent, elles les enveloppent d’un perpétuel brouillard ; ici est l’esclave, là le maître. Là, les richesses de quelques-uns ; ici, la misère du plus grand nombre ; là, les forces organisées d’une multitude produisent, au profit d’un seul, ce que la société n’avait pas encore su donner. […]

Une épaisse et noire fumée couvre la cité. Le soleil paraît au travers comme un disque sans rayons. C’est au milieu de ce jour incomplet que s’agitent sans cesse 300 000 créatures humaines. […] C’est au milieu de ce cloaque infect que le plus grand fleuve de l’industrie humaine prend sa source et va féconder l’univers. De cet égout immonde, l’or pur s’écoule. C’est là que l’esprit humain se perfectionne et s’abrutit, que la civilisation produit ses merveilles et que l’homme civilisé redevient presque sauvage.

Alexis de Tocqueville [4], Œuvres complètes : Voyages en Angleterre, Irlande, Suisse et Algérie, Paris, Gallimard, 1958, p. 78-82.

PDF - 69.4 ko
Manchester selon Tocqueville

[1La valeur de la lieue varie, mais correspond à environ quatre kilomètres (distance parcourue à pied en une heure).

[2L’agglomération industrielle de Birmingham fabriquait, entre autres choses, des machines textiles.

[3Il s’agit d’une évocation de l’Irlande, alors très pauvre par rapport à la Grande-Bretagne.

[4Le vicomte de Tocqueville (1805-1859) est un écrivain et homme politique français.


Commentaires

Brèves

20 novembre 2016 - Les conseils de Charlotte pour réussir son TPE

Cf. Conseils pour les TPE

16 novembre 2016 - Montée de version

Histoire 2 : la guerre au XXe siècle (refonte).

30 septembre 2016 - Noms des régions françaises

Entrée en vigueur officielle aujourd’hui : (...)