La course pour votre orientation

présentation des formations post-bac
mardi 5 avril 2022
par  Julien Daget
popularité : 2%

« Le schéma des études supérieures », Entrer dans le sup après le baccalauréat : rentrée 2022, Onisep, novembre 2021, p. 2 et 3. → https://www.onisep.fr/Media/Files/PDF/Guides-d-orientation/Entrer-dans-le-sup-apres-le-bac-Rentree-2022

Quelques liens très utiles :

Ressources :

  • la psy-ÉN (psychologue de l’Éducation nationale) chargée de l’orientation, rendez-vous à prendre dans le bureau de la vie scolaire ;
  • le CIO (centre d’information et d’orientation) : 13 rue de Téméra à Saint-Germain-en-Laye (→ https://www.ac-versailles.fr/cio-saint-germain) ;
  • les SCUIO (services communs universitaires d’information et d’orientation) : université Paris Nanterre bâtiment Clémence Ramnoux, rez-de-chaussée, salles E.03, E.14 et E.19 (→ https://scuioip.parisnanterre.fr/accueil-suio) ;
  • le SPRO (service public régional de l’orientation) : 23 rue Jean Giraudoux, 75016 Paris ;
  • les journées portes ouvertes des différents établissements.

NB : votre orientation post-bac doit influencer votre choix des enseignements de spécialité à conserver en classe de terminale : cf. Choisissez votre spé !


Formation en fac

La licence est un diplôme qui s’obtient en université en trois ans (bac+3), permettant de faire ensuite un master en bac+5 et enfin un doctorat en bac+8. Attention, le taux d’échec au cours des trois années de licence est de 81 % (pour l’année scolaire 2019-2020).

Les universités proposent plusieurs mentions de licence différentes, au sein des UFR (les facultés) ; il est possible aussi d’en faire deux à la fois (double licence) :

  • lettres, langues étrangères appliquées, LLCER (langues, littératures et civilisations étrangères et régionales), sciences du langage, arts, arts plastiques, spectacles, musicologie ;
  • droit, économie, gestion, sciences politiques, administration publique, administration économique et sociale ;
  • histoire, humanités, philosophie, géographie, histoire de l’art et archéologie, informatique et communication, psychologie, sociologie, sciences de l’éducation, théologie, sciences de l’homme anthropologie et ethnologie ;
  • mathématiques, MIASHS (mathématiques et informatique appliquées aux sciences humaines et sociales), physique-chimie, informatique, biologie, sciences de la vie et de la terre, sciences et technologies, sciences pour la santé, sciences pour l’ingénieur, électronique énergie électrique automatique, STAPS (sciences et techniques des activités physiques et sportives), génie civil, mécanique, sciences sanitaires et sociales.

Les UFR de santé (les facs de médecine), proposent le PASS (parcours accès santé spécifique) comme première année de médecine (bac+1) ; si l’étudiant a obtenu une LAS (licence option accès santé), c’est équivalent au PASS. Les études de santé se poursuivent jusqu’aux diplômes de maïeutique (sage-femme, bac+5), de pharmacie (bac+6), d’odontologie (dentiste, bac+6 à bac+9), de médecine généraliste (bac+9) et de médecine spécialisée (bac+11). Il y a les diplômes d’audioprothésiste et d’orthoptiste (bac+3), ainsi que d’orthophonistes (bac+5).
Attention, désormais une année de préparation privée (P0) n’est plus valorisée en première année de médecine (le PASS) ; il n’y a pas de spécialité privilégiée pour le classement des candidats et pas de redoublement.

Exemples d’universités proches du lycée Alain :

Autres exemples : l’Institut universitaire de la vigne et du vin Jules Guyot (UFR de l’université de Bourgogne, à Dijon), l’Institut des sciences de la vigne et du vin (UFR de l’université de Bordeaux, à Villenave-d’Ornon), ainsi que les universités de Reims, Toulouse et Montpellier, qui confèrent à bac+5 le master DNO (Diplôme national d’œnologue), ou le master SVV (sciences de la vigne et du vin), ou celui commerce des vins.


Formation en classe prépa

La classe préparatoire se fait en lycée ; très sélective, elle permet ensuite d’accéder plus facilement à une école d’accès difficile. La prépa se fait en deux ans ; pour les scientifiques, c’est « maths sup’ » (en bac+1), puis « maths spé » (en bac+2), pour les littéraires c’est « hypokhâgne » (bac+1) et « khâgne » (bac+2) :

  • prépa scientifique :
  • MPSI (maths, physique et sciences de l’ingénieur) ;
  • PCSI (physique, chimie et sciences de l’ingénieur) ;
  • PTSI (physique, technologie et sciences de l’ingénieur) ;
  • BIO & VETO ou BCPST (biologie, chimie, physique et sciences de la Terre) ;
  • prépa littéraire ;
  • prépa économique et commerciale ;
  • prépa droit, économie, gestion.

Plusieurs écoles proposent une prépa intégrée.

Exemples de CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles) dans le coin :


Formation en grandes écoles

Les grandes écoles sont des établissements prestigieuses très sélectives recrutant par concours, souvent après une CPGE (classe préparatoire aux grandes écoles). La plupart décernent un master (bac+5).
Écoles militaires :

Écoles civiles :


Formation dans d’autres écoles supérieures

Ces écoles proposent des diplômes de bachelor (bac+3) ou de master (bac+5). Attention, certaines écoles privées délivrent des diplômes ne sont pas reconnus par l’État.

Il y a un peu plus de 200 écoles d’ingénieurs en France, en y comprenant les « grandes écoles », cf liste des écoles d’ingénieurs en France ; la moitié recrute après le bac, certaines avec prépa intégrée, d’autres à bac+2 (avec une prépa, un BTS, une L2, etc.). Exemples :

Certaines écoles d’ingénieurs se sont regroupées pour recruter par concours :

Les écoles de commerce sont toutes aussi nombreuses, comprenant elles-aussi quelques « grandes écoles ». Exemples :

Certaines écoles de commerce se sont regroupées pour recruter par concours :

Autres écoles supérieures spécialisées :

  • les IFSI (instituts de formation en soins infirmiers) pour obtenir à bac+3 le DEI (diplôme d’État d’infirmier), puis à bac+5 le DEIA (diplôme d’État d’infirmier-anesthésiste) ;
  • les IFMK (institut de formation en masso-kinésithérapie) pour avoir à bac+5 le DEMK (diplôme d’État de masseur-kinésithérapeute) ;
  • les écoles d’arts ou de design, pour obtenir en bac+3 le DN MADE (diplôme national des métiers d’art et du design) ou le DNA (diplôme national d’art), puis en bac+5 le DSAA (diplôme supérieur d’arts appliqués), ou le DNSEP (diplôme national supérieur d’expression plastique) ;
  • les écoles de compta-gestion, pour obtenir à bac+3 le DCG (diplôme de comptabilité et de gestion), puis à bac+5 le DSCG (diplôme supérieur de comptabilité et de gestion) et le DEC (diplôme d’expertise comptable) ;
  • les écoles d’architecture, pour à bac+3 le DEEA (diplôme d’études en architecture), à bac+5 le DEA (diplôme d’État d’architecte), à bac+6 le HMONP (habilitation à l’exercice de la maîtrise d’œuvre en son nom propre) et à bac+8 le DSA (diplômes de spécialisation et d’approfondissement) ;
  • les écoles de cinéma (bac+2 à bac+3) ;
  • les écoles de musique, de danse, de théâtre (bac+3 à bac+5) ;
  • les écoles de journalisme ;
  • les écoles de communication ;
  • les écoles d’audiovisuel ;
  • les conservatoires ;
  • etc.

Formations techniques

Pour les formations post-bac techniques, toutes sélectives, les élèves ayant un bac pro sont prioritaires. Dans les établissements, il y a donc peu de places pour les bacs généraux.
Il est possible ensuite d’avoir des passerelles vers l’université, les écoles vétérinaires ou les écoles d’ingénieurs, notamment avec une classe préparatoire ATS (adaptation technicien supérieur) en une année.

  • Le BTS (brevet de technicien supérieur) est un diplôme bac+2 préparé dans un lycée technologique ; les bacs pros y sont prioritaires (effectifs en 2020 : 33 % de bac techno, 31 % de bac pro et 19 % de bac généraux) [1] ; il est spécialisé dans le commerce, ou l’artisanat, l’industrie, la technologie, l’viticulture-œnologie (un BTSA), etc. ; on peut poursuivre avec une licence pro (bac+3) ;
  • un DEUST (diplôme d’études universitaires scientifiques et techniques), au niveau bac+2 dans une université ;
  • un BUT (bachelor universitaire de technologie), niveau bac+3 dans un IUT (institut universitaire de technologie ; effectifs en 2020 : 63 % de bac généraux, 33 % de bac techno, 1.5 % de bac pro) ; si on s’arrête à bac+2, le diplôme s’appelle encore un DUT (diplôme universitaire de technologie). Il y a 24 mentions différentes de BUT : carrières juridiques, gestion logistique et transport, chimie, informatique, etc.

Exemples d’IUT dans le coin :
https://cyiut.cyu.fr/ (IUT de Cergy-Pontoise)
https://www.iut-mantes.uvsq.fr/ (IUT de Mantes)
https://www.uvsq.fr/ (IUT de Versailles-Saint-Quentin)


Se réorienter

Il existe plein de possibilité de se réorienter en cas d’erreur.
Les crédits ECTS (European Credit Transfer and Accumulation System : système européen de transfert et d’accumulation de crédits) permettent même de valider une parties des enseignements reçus. Par exemple, le diplôme de la licence vaut 180 ECTS.

Enfin, après le bac, il y a d’autres parcours possibles : une année de césure, un séjour linguistique à l’étranger, un service civique, de l’insertion professionnelle, une FCIL (formation complémentaire d’initiative locale), etc.



Navigation

Articles de la rubrique