O Captain ! My Captain !

poème de Walt Whitman, publié en 1865
dimanche 31 mars 2019
par  Julien Daget
popularité : 9%

O Captain ! My Captain !
Walt Whitman, Leaves of Grass, 1865
O Captain ! My Captain ! our fearful trip is done ;
The ship has weather’d every rack, the prize we sought is won ;
The port is near, the bells I hear, the people all exulting,
While follow eyes the steady keel, the vessel grim and daring
Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Notre effroyable voyage est terminé ;
Le vaisseau a franchi tous les caps, la récompense recherchée est gagnée ;
Le port est proche, j’entends les cloches, la foule qui exulte,
Pendant que les yeux suivent la quille franche, le vaisseau lugubre et audacieux.
But O heart ! heart ! heart !
O the bleeding drops of red,
Where on the deck my Captain lies,
Fallen cold and dead.
Mais ô cœur ! cœur ! cœur !
Ô les gouttes rouges qui saignent,
Sur le pont où gît mon Capitaine,
Étendu, froid et sans vie.
O Captain ! My Captain ! rise up and hear the bells ;
Rise up — for you the flag is flung — for you the bugle trills ;
For you bouquets and ribbon’d wreaths — for you the shores a-crowding ;
For you they call, the swaying mass, their eager faces turning
Ô Capitaine ! Mon Capitaine ! Lève-toi pour écouter les cloches ;
Lève-toi : pour toi le drapeau est hissé, pour toi le clairon trille ;
Pour toi les bouquets et guirlandes enrubannées, pour toi les rives noires de monde ;
Elle appelle vers toi, la masse ondulante, leurs visages passionnés se tournent
Here Captain ! dear father !
This arm beneath your head ;
It is some dream that on the deck,
You’ve fallen cold and dead.
Ici, Capitaine ! Cher père !
Ce bras passé sous ta tête ;
C’est un rêve que sur le pont,
Tu es étendu, froid et sans vie.
My Captain does not answer, his lips are pale and still ;
My father does not feel my arm, he has no pulse nor will ;
The ship is anchor’d safe and sound, its voyage closed and done ;
From fearful trip the victor ship comes in with object won
Mon Capitaine ne répond pas, ses lèvres sont livides et immobiles ;
Mon père ne sent pas mon bras, il n’a plus pouls ni volonté ;
Le navire est ancré sain et sauf, son périple clos et conclu ;
De l’effrayante traversée le navire rentre victorieux avec son trophée.
Exult, O shores, and ring, O bells !
But I with mournful tread,
Walk the deck my Captain lies,
Fallen cold and dead.
Ô rives, exultez, et sonnez, ô cloches !
Mais moi d’un pas lugubre,
J’arpente le pont où gît mon capitaine,
Étendu, froid et sans vie.


Commentaires

Brèves

3 août 2018 - Carte des fortifications

Carte des fortifications de la fin XIXe (...)

15 octobre 2016 - Migration chez Free

URL http://librecours.eu.free.fr/spip/ à la (...)

11 août 2016 - Mise en page

Passage sous Sarka-SPIP 3.4.6.

5 août 2016 - Naissance

Install’ d’un SPIP version 3.1.1.

29 juillet 2016 - Création

Achat du nom de domaine.