Sur les E3C

les « épreuves communes de contrôle continu »
vendredi 23 août 2019
par  Julien Daget
popularité : 1%

Organisation
L’organisation des épreuves communes de contrôle continu relève de chaque établissement scolaire. Les chefs d’établissement en déterminent les modalités, en cohérence avec les dates retenues pour la commission d’harmonisation académique. L’organisation de ces épreuves se fait, dans la mesure du possible, dans le cadre des emplois du temps normaux des élèves. Il est conseillé d’éviter la banalisation d’un ou plusieurs jours pour l’organisation des épreuves. En fonction des enseignements concernés, les épreuves peuvent être organisées à des moments différents (jours, semaines). Plusieurs établissements scolaires peuvent organiser en commun tout ou partie de ces épreuves.

Une convocation nominative est adressée à chaque candidat par le chef de l’établissement dans lequel les épreuves sont organisées. Dans le cas où l’épreuve est organisée par un autre établissement que celui dans lequel le candidat est scolarisé, cette convocation lui est adressée par l’intermédiaire du chef de l’établissement d’origine du candidat.

Les épreuves communes écrites de contrôle continu sont corrigées sous couvert de l’anonymat. Après la tenue de la commission académique d’harmonisation, la copie de l’épreuve commune est rendue au candidat par l’établissement, qui doit cependant conserver une reproduction (sur support papier ou numérique) de sa version corrigée pendant une durée de un an après la publication des résultats de l’examen pour la session concernée.

Les épreuves orales sont évaluées par un enseignant qui n’a pas suivi l’élève pendant l’année en cours.

En cas d’absence pour cause de force majeure dûment constatée à une épreuve commune de contrôle continu, le candidat est convoqué à une épreuve de remplacement organisée par l’établissement qui avait organisé l’épreuve initiale : cette épreuve de remplacement peut avoir lieu jusqu’à la fin de la série d’épreuves communes de terminale.

Toute absence d’un candidat à une épreuve commune de contrôle continu doit être dûment justifiée. Le justificatif doit être adressé au chef de l’établissement dans lequel le candidat est scolarisé, au plus tard trois jours ouvrables après le déroulement de l’épreuve. Lorsque l’absence n’est pas justifiée par une cause de force majeure ou lorsqu’aucun justificatif n’est produit, la note zéro est attribuée au candidat pour l’épreuve non subie.

Les sujets des épreuves communes et la banque nationale de sujets
Les sujets des épreuves communes de contrôle continu sont élaborés sous la direction de l’inspection générale de l’éducation nationale et sous l’autorité du ministre chargé de l’éducation nationale. Ils tiennent compte, pour chaque enseignement concerné, des progressions pédagogiques des programmes d’enseignement de la classe de première et de la classe de terminale.

Ils sont centralisés dans une banque nationale de sujets [12]. Les modalités d’accès des chefs d’établissement à cette banque de sujets, ainsi que son fonctionnement feront l’objet d’une note de service spécifique. Les professeurs, désignés par le chef d’établissement et sous sa responsabilité, choisissent, parmi les sujets présents dans la banque nationale, ceux qu’ils retiennent pour leur établissement. Le choix des sujets est guidé par les progressions pédagogiques suivies dans l’établissement et par les apprentissages mis en œuvre. Aucune modification ne doit être apportée aux sujets tels qu’énoncés et disponibles dans la banque nationale de sujets.

Harmonisation et communication des notes
Une commission d’harmonisation des notes des épreuves communes de contrôle continu du baccalauréat est mise en place dans chaque académie et se réunit après chaque série d’épreuves, soit au plus tard à la fin des deuxième et troisième trimestres de l’année de première, et avant la fin du trimestre de l’année de terminale pendant lequel les épreuves sont organisées.

Présidée par le recteur d’académie ou le représentant qu’il désigne, elle est composée d’inspecteurs d’académie-inspecteurs pédagogiques régionaux et d’enseignants de l’enseignement public ou privé sous contrat, nommés par le recteur d’académie pour chaque session du baccalauréat.

Cette commission procède à la comparaison des notes des épreuves communes de contrôle continu (moyennes et répartitions des notes par sujet, par établissement, etc.) et, si nécessaire, à leur révision, notamment dans deux cas constatés de discordance manifeste :
- entre la moyenne des notes attribuées pour un sujet donné à un lot de copies et la moyenne académique pour ce même sujet ;
- entre la moyenne des notes attribuées pour un sujet donné et la moyenne académique des notes attribuées pour l’ensemble des sujets portant sur le même enseignement.

Elle peut procéder à des contrôles de copies.

La commission communique ensuite les notes harmonisées au jury du baccalauréat, lequel arrête définitivement la note finale de chaque candidat.

Les résultats des épreuves communes de contrôle continu sont communiqués par l’établissement aux candidats, après que la commission académique d’harmonisation a fini ses travaux.

« Modalités d’organisation du contrôle continu à compter de la session 2021 », note de service n° 2019-110 du 23 juillet 2019. → https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=144063


Organisation de l’évaluation :
- deux épreuves écrites passées respectivement aux deuxième et troisième trimestres de l’année de première ;
- une épreuve écrite passée à la même période que les autres épreuves de contrôle continu de l’année de terminale.
Pour chacune des voies et séries, ces épreuves sont adossées au programme de l’enseignement commun d’histoire-géographie pour les classes de première (première et deuxième épreuves) et de terminale (troisième épreuve).

A. Voie générale
Objectifs de l’évaluation
Les épreuves communes de contrôle continu ont pour objectif d’évaluer l’aptitude du candidat à :
- mobiliser, au service d’une réflexion historique et géographique, des connaissances fondamentales pour la compréhension du monde et la formation civique et culturelle du citoyen ;
- rédiger des réponses construites et argumentées, montrant une maîtrise correcte de la langue ;
- exploiter, organiser et confronter des informations ;
- analyser un document de source et de nature diverses ;
- comprendre, interpréter et pratiquer différents langages graphiques.

Structure
Dans la voie générale, chaque épreuve commune de contrôle continu d’histoire-géographie se compose de deux parties. La première consiste en une question problématisée ; la seconde est soit une analyse de document(s), soit la réalisation d’une production graphique.

Classe de première : première et deuxième épreuves
Durée : 2 heures

1re partie : réponse à une question problématisée
Il s’agit d’une réponse rédigée et construite. Le candidat doit montrer qu’il a acquis des capacités d’analyse, qu’il maîtrise des connaissances, sait les sélectionner et les organiser de manière à répondre à la problématique de la question.
L’intitulé de la question suggère des éléments de construction de la réponse.

2e partie : analyse de document(s) ou réalisation d’une production graphique
L’analyse de document(s) est accompagnée d’une consigne suggérant une problématique et des éléments de construction de l’analyse. Le ou les document(s), en histoire comme en géographie, comporte(nt) un titre et, si nécessaire, un nombre limité de notes explicatives.
Lorsque la production graphique est un croquis, ce croquis est réalisé à partir d’un texte élaboré pour l’exercice qui présente une situation géographique. Un fond de carte est fourni.
Le titre et l’organisation du texte indiquent de grandes orientations pour la réalisation du croquis.
Dans le cas d’une autre production graphique, les consignes et les données servant à l’élaboration de cette production sont fournies avec l’exercice.

Remarques générales :
- si la première partie du sujet porte sur l’histoire, la deuxième porte sur la géographie et (ou) inversement ;
- si la première partie de la première épreuve de contrôle continu est en histoire, la première partie de la deuxième épreuve est en géographie et inversement.

Classe de terminale : troisième épreuve
Durée : 2 heures

1re partie : réponse à une question problématisée
Il s’agit d’une réponse rédigée et construite. Le candidat doit montrer qu’il a acquis des capacités d’analyse, qu’il maîtrise des connaissances, sait les sélectionner et les organiser de manière à répondre à la problématique de la question.

2e partie : analyse de document(s) ou réalisation d’une production graphique
L’analyse de document(s) est accompagnée d’une consigne suggérant une problématique. Le ou les document(s), en histoire comme en géographie, comporte(nt) un titre et, si nécessaire, un nombre limité de notes explicatives.
Lorsque la production graphique est un croquis, ce croquis est réalisé à partir d’un texte élaboré pour l’exercice qui présente une situation géographique. Un fond de carte est fourni.
Le candidat fait preuve d’une plus grande autonomie pour identifier, organiser et hiérarchiser les éléments à représenter et construire la légende.
Dans le cas d’une autre production graphique, les consignes et les données servant à l’élaboration de cette production sont fournies avec l’exercice.

Remarque générale
Si la première partie du sujet porte sur l’histoire, la deuxième porte sur la géographie et (ou) inversement.

Candidats en situation de handicap
S’agissant du croquis, pour les candidats présentant un trouble moteur ou visuel, le candidat peut ne bâtir qu’une légende, en indiquant de façon détaillée quels éléments il aurait fait figurer sur la partie graphique.

Notation
Chaque partie est notée sur 10. La note finale est la somme des notes attribuées à chaque partie.

Épreuve ponctuelle
Les modalités de l’épreuve ponctuelle des candidats concernés par l’article 9 de l’arrêté du 16 juillet 2018 relatif aux modalités d’organisation du contrôle continu des enseignements dispensés dans les classes conduisant au baccalauréat général et au baccalauréat technologique sont les mêmes que pour les candidats passant leurs épreuves dans le cadre du contrôle continu.
Le sujet de cette épreuve est un des sujets des épreuves communes de contrôle continu de première ou de terminale, issu de la banque nationale de sujets.
Cette épreuve se déroule selon un calendrier précisé dans l’article mentionné ci-dessus.

« Épreuves communes de contrôle continu d’histoire géographie - session 2021 de l’examen du baccalauréat », note de service n° 2019-050 du 18 avril 2019 publiée au BOÉN n° 17 du 25 avril 2019.
https://www.education.gouv.fr/pid285/bulletin_officiel.html?cid_bo=141189


« Sujets zéro en classe de première pour le baccalauréat 2021 ». → https://eduscol.education.fr/cid141765/sujets-zero-1e-bac-2021.html


Commentaires

Navigation

Articles de la rubrique