Doc. : un bilan de la découverte des Amériques

Du point de vue de Montaigne
mercredi 24 mai 2017
par  Julien Daget
popularité : 20%

Consigne : après avoir présenté le document, votre étude analysera comment sont présentés les Amérindiens ainsi que la conquête des Amériques.
Méthode : l’analyse de doc(s)


Notre monde vient d’en trouver un autre [..] non moins grand, plain, & membru, que luy, toutesfois si nouveau & si enfant qu’on luy aprend encore son a b c ; il n’y a pas cinquante ans qu’il ne sçavoit, ny lettres, ny pois, ny mesure, ny vestements, ny bleds, ny vignes. Il estoit encore tout nud au giron, & ne vivoit que des moyens de sa mère nourrice. Si nous concluons bien, de nostre fin, & ce poëte de la jeunesse de son siècle [1], cet autre monde, ne faira qu’entrer en lumière, quand le nostre en sortira. L’univers tombera en paralisie ; l’un membre sera perclus, l’autre en vigueur.

Bien crains-je, que nous ayons fort hasté sa déclinaison et sa ruyne par notre contagion, & que nous luy ayons vendu bien cher nos opinions & nos arts. C’estoit un monde enfant ; si ne l’avons nous pas foité et soubmis à nostre discipline par l’avantage de nostre valeur et forces naturelles, ny ne l’avons practiqué par nostre justice et bonté, ny subjugué par nostre magnanimité. […] L’espouventable magnificence des villes de Cusco et de Mexico [2], et, entre plusieurs choses pareilles, le jardin de ce Roy où tous les arbres, les fruicts et toutes les herbes, selon l’ordre et grandeur qu’ils ont en un jardin, estoyent excellemment formez en or [3] ; comme, en son cabinet, tous les animaux qui naissoient en son estat et en ses mers ; et la beauté de leurs ouvrages en pierrerie, en plume, en cotton, en la peinture, montrent qu’ils ne nous cedoient non plus en l’industrie. Mais, quant à la devotion, observance des loix, bonté, liberalité, loyauté, franchise, il nous a bien servy de n’en avoir pas tant qu’eux : ils se sont perdus par cet advantage, et vendus, et trahis eux mesme. Quant à la hardiesse et courage, quant à la fermeté, constance, resolution contre les douleurs et la faim et la mort, je ne craindrois pas d’opposer les exemples que je trouverois parmy eux aux plus fameux exemples anciens que nous ayons aus memoires de nostre monde par deçà.

Car, pour ceux qui les ont subjuguez, qu’ils ostent les ruses et batelages [4] dequoy ils se sont servis à les piper, et le juste estonnement qu’aportoit à ces nations là de voir arriver si inopinéement des gens barbus, divers en langage, religion, en forme et en contenance, d’un endroict du monde si esloigné et où ils n’avoyent jamais imaginé qu’il y eust habitation quelconque, montez sur des grands monstres incogneuz, contre ceux qui n’avoyent non seulement jamais veu de cheval, mais beste quelconque duicte à porter et soustenir homme ny autre charge ; garnis d’une peau luysante et dure et d’une arme trenchante et resplendissante, contre ceux qui, pour le miracle de la lueur d’un miroir ou d’un cousteau, alloyent eschangeant une grande richesse en or et en perles, et qui n’avoient ny science ny matiere par où tout à loisir ils sçeussent percer nostre acier ; adjoustez y les foudres et tonnerres de nos pieces et harquebouses, capables de troubler Caesar mesme, qui l’en eust surpris autant inexperimenté, et à cett’heure, contre des peuples nuds, si ce n’est où l’invention estoit arrivée de quelque tissu de cotton, sans autres armes pour le plus que d’arcs, pierres, bastons et boucliers de bois ; des peuples surpris, soubs couleur d’amitié et de bonne foy, par la curiosité de veoir des choses estrangeres et incogneues : contez, dis-je, aux conquerans cette disparité, vous leur ostez toute l’occasion de tant de victoires. […]

Combien il eust esté aisé de faire son profit d’ames si neuves, si affamées d’apprentissage, ayant pour la plus part de si beaux commencemens naturels ! Au rebours, nous nous sommes servis de leur ignorance et inexperience à les plier plus facilement vers la trahison, luxure, avarice et vers toute sorte d’inhumanité et de cruauté, à l’exemple et patron de nos meurs. Qui mit jamais à tel pris le service de la mercadence et de la trafique ? Tant de villes rasées, tant de nations exterminées, tant de millions de peuples passez au fil de l’espée, et la plus riche et belle partie du monde bouleversée pour la negotiation des perles et du poivre : mechaniques [5] victoires.

Michel de Montaigne, Essais, livre III, chapitre 6 « Des coches », Paris, chez Abel Langelier, 1595. → https://fr.wikisource.org/wiki/Essais/Livre_III/Chapitre_6


[1Titus Lucretius Carus (Lucrèce), De rerum natura, V, vers 331-335 (cité juste avant ce passage).

[2Cuzco était la capitale de l’Empire inca, Mexico-Tenotchitlan celle de l’Empire aztèque.

[3Il s’agit des jardins de l’Inca Huayna Capac.

[4Les mensonges, tours de passe-passe dignes des bateleurs.

[5Vils et abjects.


Commentaires