Doc. : l’EPR de Flamanville

samedi 21 janvier 2017
par  Julien Daget
popularité : 5%

Le réacteur n° 3 de Flamanville [1]

Consigne : après avoir présenté les documents, vous montrerez qu’il s’agit de deux points de vue un peu différents sur les plans économique et environnemental. Pensez à avoir un regard critique.


Document 1

L’EPR est un nouveau type de réacteur nucléaire (dit de troisième génération). Il s’agit d’un réacteur à eau pressurisée (European Pressurized Reactor en anglais, d’où le sigle EPR). Il a une puissance électrique de 1 600 mégawatts (quand ses prédécesseurs avoisinaient les 1 000 mégawatts) et il est conçu pour utiliser jusqu’à 100 % de Mox (Mixed Oxydes), un mélange d’oxydes de plutonium et d’uranium. C’est le réacteur le plus puissant au monde, mais aussi le plus dangereux.
Actuellement, deux EPR sont en construction : à Flamanville (près de Cherbourg) et en Finlande (à Olkiluoto). Un troisième est en projet à Penly, près de Dieppe. Deux ont été vendus à la Chine.

Un intérêt énergétique nul
La France n’a pas besoin de nouvelles centrales nucléaires. Nos capacités de production d’électricité sont tout à fait suffisantes. On en produit même trop, à tel point qu’une partie est exportée […].

Un danger permanent
Non seulement l’EPR est inutile, mais en plus il est dangereux. Un problème technique, une erreur humaine, un acte terroriste : le risque zéro n’existe pas. Aucune centrale nucléaire n’est à l’abri d’une catastrophe. […]
L’EPR est le réacteur nucléaire le plus dangereux au monde en raison de sa puissance et du combustible utilisé. En cas d’accident nucléaire sur un des EPR, toute la Normandie devrait être évacuée et au bout de 48 heures, l’ensemble du territoire français serait sous un nuage toxique. Les morts se compteraient par centaines dans les premiers jours et par dizaines de milliers les années suivantes. En outre, les plans d’intervention en cas de catastrophe à Flamanville sont insuffisants. Ils ne concernent que la zone de 10 km entourant la centrale !

Source : http://www.greenpeace.org/france/fr/campagnes/nucleaire/fiches-thematiques/l-epr/


Document 2

Après les premiers travaux de préparation du site en 2006, la construction de l’EPR a débuté en décembre 2007 et se poursuit aujourd’hui. L’objectif de première production commercialisable est fixée à 2018, pour un coût estimé autour de 10,5 milliards d’euros. Il constituera le premier exemplaire d’une nouvelle génération de réacteurs nucléaires.

L’EPR : un enjeu industriel pour le futur
La réalisation de réacteurs EPR en France répond aux nécessaires besoins d’investissements dans de nouvelles capacités de production pour assurer la sécurité d’approvisionnement et constitue une étape essentielle dans la préparation du renouvellement du parc nucléaire d’EDF. L’EPR intègre tous les progrès récents en matière de sûreté, de protection de l’environnement, de performance technique et économique, pour offrir une production d’électricité sûre, compétitive et non émettrice de gaz à effet de serre.

Un très haut niveau de sûreté
Le réacteur EPR est doté d’un niveau de protection très élevé. En particulier, quatre systèmes de sauvegarde coexistent pour assurer chacun seul à 100 % l’une des deux fonctions de sûreté essentielles pour protéger l’homme et l’environnement en toutes circonstances : l’arrêt de la réaction nucléaire et le refroidissement du réacteur [2].

Une protection de l’environnement renforcée
L’EPR permettra de produire une énergie non émettrice de gaz à effet de serre. […]

Source : https://www.edf.fr/groupe-edf/producteur-industriel/carte-des-implantations/centrale-nucleaire-de-flamanville-3/presentation


[1La centrale nucléaire de Flamanville a été construite de 1978 à 1986, avec deux réacteurs de 1 380 MW de puissance.

[2Quatre systèmes redondant d’évacuation de la chaleur du réacteur ; une double enceinte de confinement avec entre les deux un système de ventilation et de filtration vers la cheminée ; en cas de percement de la cuve, un récupérateur de corium pour recueillir et refroidir le cœur fondu.


Documents joints

Le réacteur n° 3 de Flamanville

Commentaires