Doc. : 2017, Xi à Davos

vendredi 3 février 2017
par  Julien Daget
popularité : 4%

Consigne : votre analyse doit expliquer la portée du discours de Xi à Davos, ainsi que la façon dont la presse chinoise en rend compte.
Méthode : l’analyse de doc(s)


Le 17 janvier 2017, le président Xi Jinping a assuré le discours d’ouverture du forum économique mondial à Davos (dans les montagnes suisses). Le secrétaire du Parti communiste chinois a alors défendu la mondialisation et la gouvernance multipolaire [1].
Le lendemain, il a fait un second discours à Genève au palais des Nations, intitulé Construire ensemble une communauté de destin pour l’humanité.

JPEG - 38.3 ko
Xi Jinping à Davos, janvier 2017
Photo de Valeriano Di Domenico.

La caverne d’Ali Baba, une épée à double tranchant, un vaste océan, des ruisseaux isolés, une chambre sombre, un train à grande vitesse... À Davos, la petite station de sports d’hiver suisse, le président chinois Xi Jinping a de nouveau prouvé qu’il méritait un autre titre, celui de maître des métaphores.

Pour marquer la présence du chef d’État au Forum économique mondial, une première pour un dirigeant chinois, M. Xi a prononcé un discours très imagé lors de la séance plénière d’ouverture de la réunion annuelle du sommet de Davos. Avec un ensemble de comparaisons et de métaphores, celui-ci a exposé ses points de vue sur la mondialisation, l’économie mondiale, le protectionnisme commercial, le développement de la Chine, entre autres. Voici quelques-unes de ces images.

La caverne d’Ali Baba et la boîte de Pandore
« Certains rendent la mondialisation économique responsable des problèmes du monde. La mondialisation était autrefois considérée comme la caverne du trésor d’Ali Baba dans Les Mille et Une Nuits, mais aujourd’hui, elle est devenue la boîte de Pandore, aux yeux de beaucoup. »

L’épée à double tranchant
« Nous devons également reconnaître que la mondialisation économique est une épée à double tranchant. Quand l’économie mondiale est sous pression à la baisse, il est difficile pour nous d’agrandir le gâteau de l’économie mondiale. »

Les melons et ses vignes amères
« Comme le dit un vieux poème chinois : Des vignes amères portent des melons, de douces dattes poussent sur les chardons et les épines. Au sens philosophique, rien n’est parfait dans le monde. »

Le vaste océan du marché mondial
« L’intégration à l’économie mondiale est une tendance historique. Pour développer son économie, la Chine doit avoir le courage de nager dans le vaste océan du marché mondial. Si quelqu’un a toujours peur de la tempête et d’explorer l’océan, il se noyera tôt ou tard. La Chine a pris la courageuse décision d’embrasser le marché mondial. Nous avons avalé beaucoup d’eau de mer et avons rencontré des tourbillons et des vagues agitées, mais nous avons appris à nager. C’était un bon choix stratégique. »

Des lacs et ruisseaux isolés
« Qu’on le veuille ou pas, l’économie mondiale est un grand océan auquel on ne peut échapper. Toute tentative de couper les flux de capitaux, de technologies, de produits, d’industries et de personnes entre les économies ou de canaliser les eaux des océans en lacs et ruisseaux isolés, est simplement impossible et va à l’encontre de la tendance historique. »

S’enfermer dans une chambre sombre
« Le protectionnisme, c’est comme s’enfermer dans une chambre sombre. On se protège du vent et de la pluie, mais on se bloque également de la lumière et de l’air frais. Personne ne sortira vainqueur d’une guerre commerciale. »

Le TGV du développement chinois
« Nous ne sommes pas jaloux du succès des autres et nous ne nous plaindrons jamais du fait que d’autres aient tant profité des opportunités offertes par le développement de la Chine. Nous ouvrirons les bras aux peuples des autres pays et les accueillerons à bord du TGV du développement chinois. »

Yishuang Liu et Guangqi Cui, « Xi à Davos : un maître des métaphores », Xinhua [2], 22 janvier 2017. http://french.peopledaily.com.cn/Chine/n3/2017/0122/c31354-9169888.html



Commentaires

Brèves

11 octobre 2016 - Corrigé

Analyse du discours de Marshall.