Doc. : la xénophobie en France

dimanche 7 mai 2017
par  Julien Daget
popularité : 12%

Consigne : votre étude critique des deux documents doit d’abord les remettre dans leur contexte, ensuite expliquer en quoi ils sont xénophobes (en analysant les expressions), enfin en montrant les évolutions depuis les années 1930.


La France à tout le monde.
Sommes-nous le dépotoir du monde ? Par toutes nos routes d’accès, transformées en grands collecteurs, coule sur nos terres une tourbe de plus en plus grouillante, de plus en plus fétide. C’est l’immense flot de la crasse napolitaine, de la guenille levantine, des tristes puanteurs slaves, de l’affreuse misère andalouse, de la semence d’Abraham et du bitume de Judée. Doctrinaires crépus, conspirateurs furtifs, régicides au teint verdâtre, polaks mités, gratin de ghettos, contrebandiers d’armes, pistoleros en détresse, espions, usuriers, gangsters, marchands de femmes et de cocaïne, ils accourent précédés de leur odeur, escortés de leurs punaises. Tandis que ceux-ci assomment nos ouvriers dont ils volent le pain, ceux-là ne cessent d’insulter à notre patriotisme, dans nos propres journaux.

Henri Béraud, Gringoire, 7 août 1936.


II y a en France trois millions et demi d’étrangers, dont la plupart sont venus comme réfugiés antifascistes. Nous avons vu ces messieurs très belliqueux défiler en montrant le poing et en criant des injures contre Hitler. Une occasion véritablement exceptionnelle va peut-être se présenter à eux de combattre ce fascisme abhorré par les moyens les plus directs, Nous comptons, bien entendu, que ces messieurs en ski, en vitch, en o, en of et en ez vont en profiter. Le premier soldat tué en 1914 a été le caporal Peugeot. Nous comptons que le premier soldat tué au front de 1938 sera un Rabinovitch ou un Rosenfeld.

Pierre Gaxotte, Je suis partout, 16 septembre 1938.
Source : http://clioweb.free.fr/textes/depotoir.htm


Commentaires